BloodRayne

 

 

Bloodrayne est un de mes jeux favoris toutes consoles confondues. Petit beat'em'all sans prétention dans l'univers de Nocturne sorti quelques années plus tôt, le jeu n'a a première vu rien d'exceptionnel, mais il a su me charmer sur tous les points. A commencer par son personnage principal (que ce soit son look ou l'excellent travail de, là très reconnue de nos jours, Laura Bailey, que vous avez pu entendre dans plusieurs jeux incluant Resident Evil 6, Gears of War 4 et plusieurs autres) ou encore son gameplay très violent, mais tout de même réaliste a la différence d'un Devil May Cry, son bullet time que l'on peut activer en tout temps à volonté, que ce soit pour le corps à corps ou les armes à feu et plus encore.

    

  

C'est donc dire que, quand le premier film a été annoncé, un peu après la sortie du deuxième jeu, j'ai sauté de joie. A cette époque les films de jeux vidéo n'avaient pas encore cette étiquette d'être ultra mauvais en général, même si l'on avait déjà eu droit au Street Fighter, Mario Bros, etc… et Uwe Boll n'avais pas encore fait sa marque comme l'un des pires réalisateurs du Cinema moderne. Boll avait même promis que le film inclurait le coté ultra gore du jeu, pas de compromis pour un PG-13 rating donc. Si cette promesse fut tenue, le résultat fut loin d'être convaincant.

Alors pour commencer, le film décide de prendre des libertés par rapport au jeu. Tout se passe au 18e Siecle alors que Rayne est né passé l'an 1900 normalement. Rayne fait partie d'un cirque bien malgré elle qui l'utilise pour ces pouvoirs de guérison comme attraction. De fil en aiguille elle s'échappera et rencontrera la Brimstone Society qui la recueillera, un peu comme dans le jeu, mais à quelques centaines d'années de différence. L'antagoniste principal du film est Kagan, le père de Rayne, qui est aussi le Boss principal du deuxième jeu. A première vu donc on pourrait se dire que malgré ces quelques libertés qui, soyons honnêtes, font partie de toutes les adaptations, le film essaie quand même d'allé chercher beaucoup d'éléments du jeu. Le choix de ne pas utiliser les nazis comme ennemis principaux semblait un peu surprenant, mais avec la sortie du second jeu peu de temps avant, on peut comprendre pourquoi. Il est dommage par contre que le film n'inclue ni Ephemera ni Ferril, les demi-soeurs de Rayne qui ont un rôle important dans le second jeu.

   

  

Si l'histoire écrite par Guinevere Turner pouvait encore tenir la route, la réalisation d'Uwe Boll gâche tout. Parlons d'abord de Rayne, elle-même jouée par Kristanna Loken. Alors si le choix de Kristanna m'avait un peu surpris, j'étais plutôt satisfait. Je trouvais simplement que son teint de peau était un peu foncé pour jouer une dhampire, mais avec un peu de maquillage ça pourrait se régler assez facilement. Mais voilà que Boll n'a tout simplement mis aucun effort pour que Rayne ressemble à sa version virtuelle. Normalement Rayne a les cheveux rouges, mais dans le film elle est blonde. Ces cheveux deviendront cramoisis ou couleur terre cuite alors que le film avance, Boll expliquant que le sang "tache" ces cheveux et que c'est pour ça qu'ils deviennent rouge cramoisi... Ouais bon, c'était pourtant pas dur de teindre l'actrice principale en rouge flamboyant ou de lui faire porter une perruque. Ensuite... Rayne a les yeux verts, mais pas dans le film, alors que de simples lentilles auraient suffi. En ce qui concerne le costume, si le premier costume du cirque est assez lamentable, le deuxième en cuire une fois qu'elle rejoint la Brimstone n'est pas si mal. On regrettera que ces lames, véritable "trademark" du personnage, ne soient pas identiques, mais ça peut s'excuser par l'époque auquel le film se déroule. Chose tout de même assez marante, si on regarde les posters en tout genre pour le film que j'ai inclus en photo, beaucoup la montre ressemblant beaucoup plus au personnage du jeu à la différence de son apparence réelle dans le film, incluant les fameux yeux verts ou encore un costume ultra proche du vrai costume du jeu ou même encore la cerise sur le sundae, avec des cheveux beaucoup plus rouges !

J'ai pris la liberté d'inclure une photo de Kristanna style mannequin puis une version photoshoper pour montrer à quel point elle aurait pu faire une excellente Rayne très proche du jeu. De plus j'ai ajouté quelques promos du film ou on la voit dans ce fameux costume très proche du jeu, mais qui n'a jamais été utilisé dans le film. Imaginez-la avec les cheveux rouges, les yeux verts, dans ce costume et bam ! Nous avons une Rayne pratiquement parfaite !! Terminons sur le personnage en mentionnant un autre point raté, la personnalité du personnage. Il est à noter que si Rayne est une vraie machine a "one liner" dans le jeu, donnant toujours la réplique à ces adversaires, n'hésitant pas à balancer un doigt d'honneur ou se moqué de ces derniers, mais voilà qu'elle est assez ennuyante niveau dialogue dans le film.

  

  

Bon oui je me suis beaucoup attardé sur le personnage principal, car selon moi pour faire un bon film de Bloodrayne il fallait avant tout que le personnage soit bien représenté, ce qui n'a pas été fait. On pourra noter aussi que Ben Kingsley n'a rien d'un Kagan niveau look ou personnalité. J'ai déjà dit que si l'histoire générale pouvait tenir la route dans son ensemble, sorte de mixture entre Bloodrayne 1 et 2, elle a pourtant son lot de problèmes. Que ce soit certain personnage, ou certains twists qui, au final, n'apporte franchement rien au film. Le pire coupable néanmoins sera difficile a déterminé entre le jeu de certain acteur ou la réalisation elle-même. Michael Madsen qui pourtant n'en est pas à ses débuts, offre une des pires performances que j'ai pu voir dans un film venant d'un acteur "connu". Quant à Uwe Boll, quand on voit des erreurs telles qu'une montre moderne a son poignet dans un cameo de sa personne, ou encore une trollé d'actrice avec des poitrines refaites de stripteaseuse alors que je vous rappelle pourtant que le film se passe au XVIIIème siècle. Force est de constater qu'il s'en foutait pas mal. Le sang et le gore ne sont pas très convaincants non plus.

Au final, s'il était plutôt simple de faire un bon petit film sans prétention, on ne pourra qu'être déçu devant cette espèce de film hybride qui n'arrive jamais à trouver son identité.

 

Description du jeu par Destro

Aucune image dans la galerie