Les jeux considérés comme horrifiques mais qui ne le sont pas !


Dans ce dossier nous allons faire un point sur les jeux considérés comme des survivals-horrors ou des jeux d'horreurs en général… mais qui n'en sont pas ! Je retourne régulièrement le net à la recherche d'une perle rare qui m'aurait échappé et je tombe sur beaucoup de site listant sans aucune classification les jeux-vidéos horrifiques, ces listes sont en général faites n'importe comment et énumèrent beaucoup de soft qui n'ont rien à voir avec le monde que nous aimons tant.
Voici donc les jeux que je retrouve le plus dans ce genre de classement (MAJ Octobre 2015) :


Aconcagua (PS1 - 2000) : Le titre est tiré du nom du point culminant de la cordillères des Andes situés en Argentine. On y incarne un des cinq passagers miraculeux survivant d'un crash d'avion. Poursuivi par des terroristes le but sera bien de survivre en utilisant toute sorte d'objet récupéré en haute montagne. Ce click and point à la troisième personne est très clairement intéressant mais n'a absolument rien d'horrifique, c'est certes un "survival" mais ça s'arrête là. Pourtant le Wikipédia anglais le qualifie de "survival-horror" : c'est une erreur !!


Chase The Express (PS1 - 2000) : Proposé par Sugar Rockets, ce jeu est le seul à brillamment réussir la synthèse entre un classique jeu de guerre et une gameplay type survival-horror PS1. Vous y incarnez l'officier d'élite Jack Morton qui va devoir délivrer un ambassadeur retenu par des terroristes. Se déroulant exclusivement dans un train, le soft se divise entre les phases d’actions contre les soldats, et les phases énigmes pour progresser dans les wagons. Il est vrai que l’ambiance générale est parfois lugubre, mais jamais le jeu ne cherchera à vous faire peur.


Dear esther (PC - 2012) : Ce titre n'est pas vraiment un jeu mais plutôt un roman dans lequel on évolue. Pour vivre cette expérience il suffit de suivre un chemin tout tracé dans de sublimes décors pendant que le narrateur (la voix off) conte l'histoire. On joue une personne se réveillant mystérieusement sur une île déserte, abandonné par ses habitants. Des inscriptions étranges sont tracés à la peinture dans les cabanes abandonnées, des morceaux de carcasses de voitures jonchent le sol et des formes fantomatiques semblent apparaitre devant nos yeux. Pendant 1h30 l'histoire prend forme et les secrets se dévoilent. A aucun moment il n'est question d'être effrayé, et ce n'est pas quelques ombres spectrales qui feront de cette histoire interactive un ambient-horror ! Cela dit j'ai quand même adoré le concept et je conseille l'expérience à tous.


Hard Edge (PS1 - 1999) : Proposé par Sunsoft, ce jeu se déroule exclusivement dans un building miné et occupé par des terroristes au service d’une puissante compagnie s’occupant de manipulations génétiques. Vous contrôlerez jusqu’à 4 personnages au design typé manga et devrez affronter des ennemis (scorpion géant, robots…) en réalisant des combos. Pour progresser vous devrez également résoudre de multiples énigmes parfaitement équilibrées. Le jeu est très intéressant et intègre tous les points forts des survival-horror. Dommage qu'il n'intègre aucun élément horrifique !


Hydrophobia (Xbox360 , PS3, PC - 2010) : Hydrophobia nous place dans la peau de Kate Wilson, une ingénieure travaillant sur un bateau envahi de terroriste. Le but sera de survivre aux attaquants mais aussi au paquebot qui se remplit d'eau petit à petit. Injustement signalé partout dans la presse virtuelle et papier comme un jeu d'horreur, Hydrophobia est simplement un jeu d'action sympathique misant sur la claustrophobie des lieux grâce à son moteur aquatique qui rend l'eau plus vraie que nature.



 


I Am Alive (Xbox360, PS3, PC - 2012) : Beaucoup de site classe "I Am Alive" dans la catégorie  "survival-horror", pourtant ce jeu post apocalyptique à la 3eme personne n'a absolument rien d"effrayant. Il contient quelques passages glauques, certes, mais les ennemis ne sont que des hommes issus de gangs inspirés de films comme Mad Max. D'ailleurs le jeu est très action et le possible passage en vue subjective quand on tient une arme en est une preuve. Oui c'est un jeu de survie, Non ce n'est pas un jeu d'horreur.





Kowloon's Gate (PS1 - 1997) : Ce click and point à connu un énorme succès au japon en son temps. Le jeu se déroule dans un Hong-Kong cyberpunk dans lequel le héro doit réunir le royaume du yin et du yang séparé en 2 mondes parallèles pour rétablir l'équilibre terrestre. SI l'ambiance artistique est vraiment bonne et que le level design de la ville est fait d'étroite ruelles peu rassurante, le jeu reste dans la catégorie "aventure", à aucun moment il ne tend vers le survival-horror.



Mansion of hidden souls (Saturn, Sega CD - 1993) : Beaucoup compare ce jeu à D premier du nom. Il se joue certes en vue subjective et l'on avance de tableaux en tableaux et naviguant sur des rails directionnels mais la comparaison s'arrête là. Plongé dans un manoir, Jonathan doit retrouver sa sœur Sarah avant qu'elle ne soit transformé en papillon et que son esprit soit coincé dans la demeure. Pour ça le joueur devra collaborer avec les fantômes du manoir qui sont représentés par des têtes flottantes transparentes et qui ne sont en aucun cas agressif ni ne font peur. L'ambiance est un petit peu lugubre mais le scénario et les personnes rencontrés n'ont pas pour objectif de faire peur. C'est bel et bien un jeu d'énigme poétique et non un jeu horrifique !



Mizzurna falls (PS1 - 1998) : S'il fallait comparer Mizzurna fall à un jeu récent, je l'aurais assimilé à Deadly Premonition. Le but est de traquer un serial killer dans un environnement ouvert fait de montagne et de lac, on peut y conduire des voitures ou tout faire à pied. Il faut enquêter, se rendre chez les habitants, dans des bars et parfois combattre à main nue dans des phases de Tekken-like. En fait c'est un jeu vraiment prenant et intéressant mais il n'est jamais question d'avoir peur, jamais ! Deadly Premonition aurait été dans le même cas si le distributeur n'avait pas forcé les développeurs à inclure des phases horrifiques.


Shadow of memories (PS2, Psp - 2001) : Ce pur jeu d'aventure permet au joueur de voyager dans le temps et de changer le cours des évènements pour éviter de se faire assassiner. Chaque modification du passé, entraine des conséquences sur le présent. De multiples fins sont disponibles, et j'ai bien dû passer des heures sur ce jeu tant il m'a plu. L'ambiance est parfois étrange et oppressante mais encore une fois il reste un jeu d'énigme envoutant et n'a pas vocation à effrayer le joueur.

 

 

 

Classification par Kyoledemon