Imprimer le test Télécharger le test en PDF

Simple 2000 Series Vol. 95 : The Zombie vs. Kyuukyuusha
(The Zombie vs. Ambulance / Zombie Virus)


 

Faisant partie de la gamme de jeux budget Japonais « Simple 2000 Series » de D3 Publisher, The Zombie vs. Kyuukyuusha est un titre développé par une boite nommée Vingt-et-un Systems. Il a également été édité en version pal en 2007 sous la bannière « Essential Games » et fut renommé « Zombie Virus » pour l’occasion. C’est sur cette version entièrement et uniquement en anglais qu’a été réalisé le test qui suit.

      


Vous incarnez un jeune interne en médecine vivant dans la jolie ville de Sunlight City…enfin jolie c’était avant que des tas de cadavres se mettent à déambuler dans les rues pour manger les gens. Sachant que le destin de nombreuses personnes dépend de lui, le jeune homme saute dans son ambulance et part sauver un maximum de personnes habitant dans le centre ville et ses alentours pour les ramener sains et saufs à l’hôpital. Zombie Virus se présente donc comme un soft à mi-chemin entre Crazy Taxi et Dead Rising où vous devez trouver et rapatrier le plus de survivants en un minimum de temps tout en pensant à écraser au passage un maximum de zombies. Les mécanismes de gameplay sont des plus simples, lorsque vous sortez du garage de l’hôpital, une jauge représentant le moral des survivants reclus dans ce dernier décroît, si cette jauge atteint zéro c’est le game over. Pour la remonter vous devrez foncer dans les mort-vivants errant sur les routes de la ville et faire des combos en roulant sur 5, 10, 20 ou 50 zombies d’affilée. Mais ce n’est pas tout puisque le moral des survivants de l’hôpital pourra également croître en fonction des gens que vous ramènerez. Si la jauge remontera faiblement pour le rapatriement de civils elle se verra augmenter de façon importante pour des policiers ou des militaires. Le timer de l’hôpital n’est d’ailleurs pas le seul auquel vous aurez à faire face. En effet après avoir secouru une personne vous devrez la ramener rapidement sous peine de la voir se transformer en zombie dans votre ambulance et en saccager une grosse partie au passage. Notez que si votre ambulance est détruite la partie s’achève sur un beau petit « game over ». Heureusement, vous aurez l’occasion de trouver, disséminés ci et là sur la route, des items remettant de la santé à votre ambulance ou bien ralentissant la progression du virus dans le corps de vos clients, vous laissant ainsi un léger répit pour les ramener sains et saufs au parking de l’hôpital.


      

Là où Zombie Virus devient vraiment fun c’est dans la customisation complètement délirante qu’il vous sera possible d’effectuer sur les ambulances. Vous pourrez en effet sauver des mécaniciens en ville et les mettre au travail sur des améliorations qui vont toujours plus loin dans le grand n’importe quoi. Lame découpante en guise de pare-chocs, piques sur les jantes, gyrophares capables de détecter les suvivants de loin, votre véhicule prendra petit à petit l’allure d’une véritable machine de guerre. Vous possédez également la possibilité de mettre vos mécaniciens au boulot sur d’autres ambulances qui seront non seulement plus rapides que les précédentes mais qui vous permettront surtout de rapatrier plus de survivants en une sortie. Toutes ces améliorations demanderont cependant du travail pour être acquises et par « travail » j’entends évidemment un certain quota de zombies devant être écrabouillés par vos soins. Et pas question de chômer car sans ces amélioration, vous aurez beaucoup de difficulté à progresser.

La progression tiens, parlons-en ! Votre objectif est de secourir trois politiciens pour pouvoir battre un boss et accéder à la zone suivante. Pour qu’un politicien apparaisse vous devrez sauver dix survivants. Si on fait un rapide calcul on s’aperçoit qu’il va donc falloir porter secours à trente-trois personnes au minimum avant de pouvoir changer de zone. Multipliez ce nombre par les cinq zones disponibles dans le jeu et vous obtenez une durée de vie certes très bonne pour un titre budget mais tempérée par une répétitivité extrême. Viennent s’ajouter à ce soucis majeur de très nombreux défauts telles qu’une jouabilité lourde, des animations risibles, une modélisation des bâtiments à la serpe, un brouillard constant lors des sorties en ville et une bande-son au ras des pâquerettes. Si ces problèmes pourront en rebuter certains il faut toutefois garder à l’esprit qu’ils s’inscrivent parfaitement dans le trip « série Z » qu’est Zombie Virus et qu’ils font, en partie, le charme du jeu.


      

En bref :

Partant d’un concept complètement fou, Zombie Virus se révèle être au final un jeu agréable, incorporant quelques bonnes idées de gameplay comme son mélange entre conduite et action ou bien sa customisation de véhicules très fun. Alors certes le soft possède tout un tas de défauts nous rappelant qu’il s’agit d’un titre à petit budget mais, comme un bon vieux film d’horreur passant en seconde partie de soirée sur la TNT, le titre de vingt-et-un Systems possède un fort capital sympathie et plaira certainement aux amateurs de trips vidéoludiques bien barrés.

 

Description du jeu par Zombiedu05