Imprimer le test Télécharger le test en PDF

Until Dawn

 

 

D’abord prévu pour la fin de vie de la Playstation 3, Until Dawn sortira finalement en 2015 et se révèlera être une exclusivité phare de la Playstation 4. Le titre se présente comme un film interactif. Le gameplay est donc ultra-limité mais la trame scénaristique implique le joueur qui devra effectuer des choix cruciaux censés modifier le fil rouge de l’aventure. Le procédé n’est pas nouveau puisqu’il s’inspire de Heavy Rain, Beyond Two Souls ou encore The Walking Dead, des jeux qui ont marqué le genre de leur empreinte. Alors… Until Dawn a-t-il sa place à côté de ces mastodontes ?

     

  


Prenez un groupe de jeunes adultes, un chalet isolé en plein hiver, une tempête, de l’alcool, un tueur déterminé… et vous avez tous les ingrédients d’un bon jeu d’horreur ! Hum… laissez-moi être plus concret.  Le jeu nous conte l’histoire de plusieurs amis qui se réunissent, comme chaque année, dans un chalet loin de toute civilisation. La fête bat son plein, mais suite à une mauvaise blague lancée par certaines personnes, deux membres du groupe vont mystérieusement disparaitre. Un an plus tard, la réunion habituelle est malgré tout maintenue. Les huit amis restants sont prêts à passer plusieurs jours dans ce chalet pour s’amuser et oublier l’évènement tragique de l’année précédente. Evidemment tout ne va pas se passer comme prévu… car un tueur rôde !

Le scénario s’inspire énormément des slasher movies (Vendredi 13, Scream…) et utilisera toutes les ficelles de ce genre de film pour vous faire peur. Mais plus vous avancerez dans le jeu, plus le soft saura se montrer malin et imprévisible. Vous verrez que les dernières heures seront très surprenantes. De manière générale l’histoire est extrêmement bien maitrisée, les zones d’ombres du début s’effaceront une à une pour faire apparaitre un univers parfaitement cohérent dans lequel les moindres détails ont une véritable signification. Vous l’aurez compris, on ne s’ennuie jamais et les rebondissements sont nombreux et intelligents !

     

  

Si le scénario est très travaillé, la mise en scène n’est pas en reste. Les huit protagonistes seront régulièrement séparés en groupe de deux, et durant les dix chapitres, le jeu vous fera passer d’un groupe à l’autre pour progresser dans l’aventure. Chaque personnage contrôlé devra interagir avec son environnement et son binôme.

Le premier objectif de chaque duo est de fouiller les environnements pour trouver des indices : sur la disparition de vos amis, sur les lieux abandonnés autour du chalet et sur le tueur qui cherche à vous décimer. Pour cela le gameplay est minimaliste, il faudra simplement diriger votre personnage vers des objets importants, appuyer sur X et regarder la réaction qu’ils suscitent sur vos héros. Plus vous accumulez d’indices, plus le scénario s’ouvre à vous.

Le second objectif sera de prendre les bonnes décisions pour survivre. Quand vous serez poursuivi dans la forêt, le jeu vous proposera par exemple de suivre "le chemin principal" ou "le raccourci dangereux". A chaque obstacle, une série de QTE potentiellement mortelle s’enclenchera. Lors de mauvaises décisions ou de QTE ratés, les personnages contrôlés pourront trépasser. Et si l’un de vos personnages meurt en cours de partie, le jeu ne s'arrête pas mais vous ratez de futures séquences de gameplay avec lui ! Pour éviter ce drame, des totems indiens disséminés dans les environnements vous dévoileront, à travers des flashforward de quelques secondes, les choix à faire ou à ne pas faire. Mais ces flashs sont souvent trop confus pour qu’ils se révèlent véritablement utiles.

Parfois les choix serviront, non pas à sauver un membre d’une mort certaine, mais à tisser des liens plus ou moins amicaux entre les amis du groupe. Allez-vous dire à Matt que sa chérie le trompe avec Mike ? Allez-vous faire une mauvaise blague à votre copine Jess ? Selon vos sélections, des barres d’affinités augmenteront ou baisseront, ce qui n'aura qu'une incidence minime sur la suite du jeu.

     

  


Maintenant la question qui fâche. Les choix que vous prendrez durant votre aventure… ont-ils réellement un impact sur le jeu ? Et bien… à peine. Ceux qui sont vraiment cruciaux seront répertoriés dans un album "effet papillon" consultable dans votre interface de jeu. Certains dialogues seront alors différents, quelques séquences de jeu vous seront amputées ou non, mais au final tous les joueurs vivront quasiment la même trame narrative. Cela se remarquera encore plus si vous recommencez le jeu, votre partie peinera à se présenter comme une expérience vraiment différente de la précédente.  Until Dawn ne révolutionnera donc pas les jeux à scénario interactif.

Ce n’est pas pour autant qu’il est décevant, loin de là en fait, parce que l’ambiance est absolument magistrale, les sons et bruitages sont très bien maitrisés et les graphismes font honneur à la Playstation 4, tant du côté des expressions faciales que des décors nombreux et variés. Ah… quel bonheur de marcher dans des chemins enneigés avec une seule lampe torche pour se guider ! Et puis ces angles de caméras qui font penser aux bons vieux survival-horror, ils sont géniaux ! Par contre, cahier des charges oblige, vous n’échapperez pas aux très nombreux jump scare qui vous feront sursauter à coup sûr (bon, à partir du dixième ça ne fait plus trop d’effet cela dit…). Mais malgré ça, vous aurez du mal à lâcher la manette tant l’atmosphère est excellente.

Pour conclure, il faut bien avoir en tête qu’Until Dawn ne renouvelle pas le genre. Mais il maitrise très bien tout ce qu’il entreprend, et en cela je le recommande à tous ceux qui ne sont pas rebutés par les films interactifs.


Description du jeu par Kyoledemon

Aucune image dans la galerie